Gen-Ibérica logo-big.png

L’association Gen-Ibérica

Fondée en 2008, l'association a pour but de rassembler des généalogistes débutants ou confirmés, recherchant leurs ancêtres espagnols. L’entraide et le partage sont des valeurs essentielles pour l’association.

L’aide que peut apporter Gen-Ibérica :

- Orientation dans les démarches auprès de l’Administration civile ou religieuse, en Espagne

- Recherche d’adresses où écrire, en France et en Espagne

- Déchiffrage et traduction de documents, de l’espagnol vers le français

- Conseils pour bien préparer un voyage généalogique en Espagne.

 

Pour bien appréhender son histoire familiale, il est essentiel de connaître l’Histoire de l’Espagne, son actualité et le fonctionnement sur place des recherches généalogiques. C’est pourquoi, Gen-Ibérica propose des publications permettant d’apprendre à connaître ou d’approfondir ses connaissances sur l’Espagne :

- Une revue annuelle ¡Hola Gen-Ibérica! laissant une grande place aux témoignages et aux sujets traités de façon approfondie

- Un flash info trimestriel

- Un guide « Retrouver ses ancêtres espagnols », publié chez Archives & Culture, dont la version 3 entièrement remise à jour et augmentée, est parue en janvier 2020.

L’adhésion est à partir de 25 € et donne droit à tous les services évoqués ci-dessus.

St-Raphael-logo.jpg

L'association Saint-Raphaël

A partir de 1860, un médecin et les "Dames de Saint-Raphaël" aident les mères en difficulté à construire un lien durable avec leurs enfants. Installé initialement à Paris, l'établissement a emménagé au 15 rue de Verrières à Antony (92) où, à partir de 1893, la congrégation des "Filles du cœur miséricordieux de Marie" a poursuivi ses activités. Aujourd'hui, l'association est toujours fidèle à sa mission initiale : l'action en faveur de la protection de l'enfance.

 

De très nombreuses femmes y ont donné naissance à leurs enfants. Ces derniers ont souvent été placés en nourrice pour être adoptés, mais beaucoup sont partis avec leurs mères et certains sont restés en pension.

 

L'identité des mères, leur état civil et le devenir des enfants ont été consignés dans des cahiers par les religieuses. D'autres registres permettent de retracer le placement des nourrissons ou leur mise en pension.

La numérisation des cahiers tenus par les religieuses entre 1861 et 1977 est prise en charge bénévolement par Des Racines et des Actes dans le cadre d'une convention établie en janvier 2021 avec l'association Saint-Raphaël.

Désormais, il est donc possible de poursuivre une généalogie que l'on croyait sans espoir, à partir d'un ancêtre né au 15, rue de Verrières à Antony (92), de parents non dénommés. Si cela est votre cas, je pourrai vous renseigner dans le cadre de l'entraide généalogique pour une naissance survenue il y a 100 ans ou plus (et dans ce cas seulement).